France : Etat d'urgence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

France : Etat d'urgence

Message  nadine le Lun 14 Nov - 14:28

Le gouvernement proroge
l'état d'urgence


Le Conseil des ministres s'est réuni lundi matin, en avance de deux jours sur la calendrier habituel, pour examiner un projet de loi destiné à prolonger l'état d'urgence. Selon Jean-François Copé, il devrait être prorogé "pour une durée de trois mois".



L e gouvernement s'est réuni lundi matin 14 novembre à l'Elysée pour un Conseil des ministres anticipé de deux jours, au cours duquel il devait examiner un projet de loi destiné à prolonger de trois mois l'état d'urgence.

Après près d'une heure de réunion, les ministres se sont séparés, alors que le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy seul restait pendant une vingtaine de minutes supplémentaires à l'Elysée. Fait inhabituel, les journalistes ont été confinés dans la salle de presse au moment où Nicolas Sarkozy quittait le palais, empêchant tout accès au ministre.
Dans la foulée, le président Jacques Chirac doit faire lundi soir à 20h00 une déclaration radiotélévisée sur les violences urbaines, a annoncé l'Elysée.


"Le président de la République et le Premier ministre ont décidé que ce projet de loi serait adopté en conseil des ministres ce matin pour proroger l'état d'urgence pour une durée de trois mois à compter du 21 novembre", a expliqué le porte-parole du gouvernement Jean-François Copé sur Europe-1.
Dominique de Villepin


Quarante villes

Le décret pris mardi dernier en conseil des ministres instaurait l'état d'urgence, qui permet la mise en oeuvre de couvre-feux sur le terrain, pour une durée maximale de 12 jours. Au-delà, la loi de 1955 stipule qu'un accord du Parlement est nécessaire.

L'état d'urgence pourra prendre fin avant le mois de février en cas de retour au calme, selon Jean-François Copé. Le projet de loi "ouvre la possibilité au gouvernement d'y mettre fin par décret avant l'expiration de ce délai, bien entendu, si cela s'avère en cohérence avec (...) le rétablissement de l'autorité publique", a-t-il précisé.

L'un des principaux effets de l'état d'urgence est d'autoriser les préfets à instituer des couvre-feux. Il est appliqué dans quarante villes.
Selon Jean-François Copé, "la décision de recourir à cette procédure un peu exceptionnelle a permis une prise de conscience de l'opinion et de rappeler aux parents leurs obligations vis-à-vis de leurs enfants".


"Il est important que les préfets puissent avoir les moyens d'agir pendant une période limitée mais suffisamment longue pour s'assurer que les atteintes graves à l'ordre public ne se reproduisent pas", a fait valoir Jean-François Copé.


Source : Permanent.nouvelobs.com

_________________
La fidélité : il vaut mieux aller plus loin avec quelqu'un que nulle part avec tout le monde.
avatar
nadine
modérateur
modérateur

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 08/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: France : Etat d'urgence

Message  djmax le Lun 14 Nov - 19:16

PRENEZ 2 MINUTES DE VOTRE TEMPS POUR LIRE JUSQU' AU BOUT. NOUS SOMMES TOUS CONCERNES.


Subject: WG: C'est un avis...courageux puisqu'il laisse ses coordonnées !!!...






A propos de la situation de crise actuelle

Mes propos vont peut-être vous choquer, mais à vrai dire je m'en fiche pas mal.

Je vais être clair : la mort de deux jeunes, électrocutés alors qu'ils cherchaient à se cacher de la police, ne m'attriste pas, mais alors pas du tout.

Ils sont, avec leurs parents, et les gouvernements lâches et serviles qui se succèdent depuis des décennies en France, les seuls responsables de leur mort.

Qu'ils aient eu ou non la police à leurs trousses, peu importe.
S'ils avaient été en règle, ou s'ils n'étaient pas entrés dans ce lieu interdit, ils seraient en vie. Ils ont bien cherché ce qui leur est arrivé.
Les musulmans disent "inch'allah", nous dirons plutôt "quand on joue avec le feu, on se brûle".

Contrairement au maire PS de Chichy, Claude Dilain, je n'ai pas de pensées amicales envers les familles endeuillées.

J'ai trois enfants, je sais que s'ils finissent grillés dans un transfo, c'est que j'aurai échoué dans mon rôle de père. Je ne chercherai pas d'autres responsabilités, je m'en voudrais terriblement, je me cacherai de honte...

Je n'ai pas non plus envie de rendre hommage à ces jeunes.
Qu'ont-ils fait pour mériter un hommage, une marche, ou quoi que ce soit ?

Rendait-on hommage à chaque mafiosi tombé sous les balles de la police ou exécuté par un autre tueur ?

Quel est ce monde où nous vivons, dans quelle état de déliquescence est tombé notre pays pour que nous inversions à ce point les valeurs, pour que nous condamnions celui qui défend son bien et que nous rendions hommage à celui qui pille, viole ou tue ?

Comment des hommes politiques, comment des éducateurs sociaux - que nous payons !

Comment des journalistes peuvent-ils trouver des excuses aux pillards, aux casseurs, aux voyous qui ont brûlé 29 voitures hier, saccagé une partie de la ville, tiré à gros calibre sur les CRS ?

Qui sont ces ordures qui soutiennent la racaille ?

De quel droit demande t-on systématiquement aux forces de l'ordre de se justifier chaque fois qu'elles font leur boulot ?

Et pourquoi ne pas rendre maintenant EDF responsable de cet incident ?

Après tout, quelle idée absurde de produire de l'électricité, c'est dangeureux... il faut interdire le courant !

Si je n'ai aucune pensée amicale pour ces victimes et leurs voyous de copains, je suis par contre affligé par le meurtre, à Epinay sur Seine, d'un père de famille dont le seul tort a été de vouloir photographier
un lampadaire, pour des raisons professionnelles.

Selon la police, il n'a pas été battu, il a été massacré, devant les yeux de sa femme et de sa fille, par des jeunes (inutile de vous traduire le terme) qui n'ont visiblement pas accepté qu'il soit là.

Les secours sont parvenus à le ranimer après 20 minutes de massages cardiaques, mais il n'a pas survécu.

Là, nous avons un vrai martyr.

Là, nous devons rendre hommage.

Là, les autorités devraient exprimer leur compassion.

Mais non, là, tout le monde s'en fout. Il n'y aura pas d'émeute, pas de pseudo travailleur social pour défendre la mémoire de cet homme, victime de la haine des banlieues.

Sa famille le pleurera, puis tout les autres oublieront.

Il n'est pas certain que les porcs qui ont fait ça soit arrêtés, et s'ils le sont, combien de temps passeront-ils en prison ?

Quelques années, pour parfaire leurs techniques de racailles ?

Je vais être très franc, quand je vois ça, je serai soulagé d'apprendre que les auteurs de ce crime abject ont fini grillés dans un transfo.

J'ai imaginé cette scène, les coups, les insultes, la violence et la haine. La victime, sa femme hurlant de l'épargner, sa gosse pleurant et criant, et lui gémissant par terre dans une mare de sang.

J'imagine les raclures s'acharner sur lui, le sourire aux lèvres, convaincus de leur supériorité, à coup de poings, de pieds, de tête...
Et j'en pleure de rage et d'impuissance, avec une envie de vomir... et de faire autre chose, que je n'ai pas le droit d'écrire ici.

Pauvre gars, pauvre France, quand nos compatriotes vont-ils se réveiller, et coller en prison toutes les ordures responsables de cette situation ?

Patrick Kronenberger
avatar
djmax
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 65
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://djmax67.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum